Commençons par le commencement : Genèse de la SCIC Les 3 Colonnes
« Lorsque notre grand-mère est déclarée Alzheimer, sa solitude devient sa vie. Pourtant notre mère se décidait à lui accorder du temps, à la domicilier auprès d’elle, trop tard, elle nous vouvoierait pour toujours. A 84 ans, elle venait de passer 6 années seule. Nous le savions mais rien n’a été fait, concentrés sur nos vies, et celles de nos enfants; son vieillissement, nous l’avons considéré comme un éloignement. Bien sûr nous n’aurions pas pu être à ses côtés au quotidien, mais nous aurions dû considérer ses besoins et trouver une solution. Nous sommes des actifs, professionnels, nous gérons des sociétés de capitaux destinés à l’immobilier locatif, une activité qui laisse la place à une réflexion. Il est apparu que notre épanouissement professionnel et personnel devait passer par la création d’une structure aux objectifs humanistes, une société de personne. Donner du sens à l’objet social, réunir des sociétaires et concentrer l’énergie vers la poursuite d’un but d’utilité collective. Et par ce biais là soustraire la lucrativité. Nous avons alors bâtit, La SCIC Les 3 Colonnes. Créer c’est résister. Résister c’est créer,  »  
Sébastien Tchernia, fondateur, coordinateur général et président du Conseil.

Qu'est-ce qu'une SCIC ?

Le viager : n.m  est un mode particulier de vente de biens mobiliers ou immobiliers, qui consiste à transformer tout ou partie du prix en une rente annuelle et viagère(revenus annuels réguliers à vie) au profit du Vendeur.

Une scic : n.f  En droit français, une société coopérative d’intérêt collectif (Scic) est une coopérative de production régie par le Titre II ter de la Loi 47-1775. Son sociétariat doit être obligatoirement multiple. C’est une société anonyme (SA), une société par actions simplifiée (SAS) ou une société à responsabilité limitée (SARL) qui associe obligatoirement autour d’un projet des acteurs salariés, des acteurs bénéficiaires (clients, usagers, riverains, fournisseurs, …) et des contributeurs (associations, collectivités, sociétés, bénévoles, etc.) pour produire des biens ou des services d’intérêt collectif au profit d’un territoire ou d’une filière d’activités.

Fonctionnement de la Coopérative

1 Le viager, pierre angulaire de la coopérative

Il s’avère que 73% des personnes âgées sont propriétaires de leur logement, et, certaines, perçoivent des pensions de retraite très modestes. Le viager permet de pallier concrètement à ce manque financier évident. Le viager est un système désuet et mal vu. Peu moral d’attendre le décès de l’occupant pour gagner un capital, ce système du côté de l’acheteur est mal considéré. D’ailleurs peu nombreux sont les acheteurs qui se lancent.

En réunissant et en mutualisant les apports financiers réalisés par les membres de la catégorie « génération actif solidaire », la coopérative redistribue sous forme de rentes mensuelles aux personnes âgées qui deviennent les bénéficiaires de l’activité, ils représentent ainsi la catégorie « génération inactif solidaire ».
La coopérative devient alors propriétaire du logement occupé par le bénéficiaire, le déchargeant de la gestion et de l’avancement de la vétusté de son habitation.
La coopérative dispose d’une surface financière suffisante afin d’acquérir un nombre important de logement sous forme de viager, « le risque unitaire de survie » est supprimé par la loi des grands nombres. Suite au départ d’un crédirentier la coopérative peut revendre ou mettre en location le logement et se créer ainsi une source de profit. Cette modélisation d’acquisition mutualisée offre la garantie d’un équilibre satisfaisant entre les intérêts du crédirentier et ceux de la coopérative. Le modèle économique repose alors sur le principe de mutualisation : « Viagers mutualisés ».

3/ La finance participative

Pour maintenir un système de protection décent il n’y a pas tellement d’autre alternative que d’accroître la richesse produite via le nombre d’actif et leur productivité. Cependant, au contraire de la fiscalité, l’activité économique ne se décrète pas par le gouvernement. Elle est le résultat d’efforts collectifs et constants en matière d’innovation et de cohésion. Notre intérêt collectif est de bâtir un système économique tangible, équitable, qui permet aux uns de financer leur autonomie et aux autres de réfugier une partie d’épargne.

2/ Le viager solidaire 

La coopérative conçoit la « Finance Équitable » autour du viager. Cette activité construit un lien d’usage entre deux sphères : celle de la finance et celle des personnes âgées dans le besoin. Le transfert de la valeur entre l’épargne liquide du financeur et l’épargne solide de la personne âgée engendre un lien direct entre les membres. Ce système vertueux permet aux financeurs d’agir de façon rationnelle et permet de procurer une source de revenu indispensable à bon nombre de personnes vieillissantes aux ressources insuffisantes.

Ce mode transactionnel dissocie la propriété de l’usage. La coopérative finance la propriété à travers une rente et un capital et laisse l’usage toute la vie restante à l’occupant. Les biens devenus propriétés de la coopérative, une fois  libérés sont remis à la vente et permettent alors de rembourser les financeurs et de réinvestir les marges au profit de nouveaux bénéficiaires. C’est une société qui « s’auto-régénère ».

Cercle vertueux

Les 3 Colonnes : La solution pour rester autonome et chez soi

logo-agrement

Le viager fut créé par Charles II, en 876 et malgré cette ancienneté incroyable, le concept détient toujours cette image peu populaire qu’on lui connaît aujourd’hui. La Société coopérative d’intérêt collectif, Les 3 Colonnes a pris le pari de renouveler totalement le procédé de vente-acquisition de logements, en fin 2013. Un pari tenu puisque la coopérative s’est vue attribuée le titre « d’entreprise socialement innovante », un label émit par la BPI (Banque Publique d’Investissement), en mai 2015.